Les promeneurs de chiens, quand ils prennent en charge plusieurs chiens, sont pour ces derniers plus qu’un moment d’exercice physique, une merveilleuse occasion de « bain social », indispensable à l’équilibre psychologique.

Les promeneurs de chien New York

Les promeneurs de chien de Manhattan

Vous avez sans doute vu, au moins au cinéma, ces « promeneurs » filiformes parcourant à grandes enjambées les rues de Manhattan, au bout d’un enchevêtrement de laisses !

Ils accompagnent jusqu’à la demi-douzaine de chiens, et parfois plus encore, ces derniers donnant uniformément l’impression que décidément, on ne va pas assez vite !

Notre naturelle faculté d’empathie se trouve alors partagée entre l’envie d’énergie des chiens, et notre souci de l’épuisement de leurs accompagnateurs…

Les promeneurs de chien de Brooklyn

Tout le monde à Brooklyn (en face de Manhattan) connaît Prospect Park, lieu magique, où mille vies se succèdent, s’enchaînent, se juxtaposent, des plus civilisées à quelques autres demeurées authentiquement sauvages. 

Tous les jours en semaine, par tous les temps, sur les espaces d’herbes, tous les matins, de sept à onze, comme réglé par un métronome, c’est un tout autre spectacle ! 

Dès sept heures, il en arrive de partout : des meutes si nombreuses que bientôt, on ne peut plus les compter. 

Autant de meutes

Chaque meute compte un humain, mâle ou femelle, et un nombre plus ou moins important de chiens, deux rarement, sept, huit, dix, le plus souvent, et parfois plus encore, jusqu’à vingt ou trente. 

Dès qu’ils sont sur les pelouses, les quadrupèdes sont mis en liberté. Une liberté qu’ils mettent aussitôt à profit pour se livrer à des galops pleins d’enthousiasme, mais jamais pour s’enfuir. 

Des meutes qui ne se mélangent pas

En général, les meutes ne se mélangent pas, ou alors assez peu. Il n’y a pas de bagarres, et les aboiements sont rares. 

Après les avoir laissés quelques instants gambader à leur guise, chaque humain occupe ses ouailles en jetant balles et bâtons ou autres jeux divers, ou encore en ramassant hâtivement tous les oublis intempestifs… 

Dès l’approche de onze heures…

Mais dès l’approche de onze heures, réagissant à quelque signal secret que l’observateur ne détecte pas, soudain, toutes les meutes se rassemblent, de telle sorte que les onze heures ne sont pas atteintes, qu’il n’y a plus ni chiens ni hommes dans le parc. 

Les écureuils et les oiseaux y reprennent leurs droits, en attendant vers le milieu de l’après-midi, l’arrivée des adolescents dont nous avons déjà parlé.

Les promeneurs de chiens : qui sont-ils ? 

Mais qui sont ces humains ? Vous l’aurez compris, des « promeneurs » canins. Quant aux chiens, vous l’avez aussi deviné, ils appartiennent à des personnes qui payent les promeneurs.

Mais pourquoi des chiens parfois en si grand nombre, et tout joyeux d’être libérés de leur laisse, ne s’enfuient-ils pas, et mieux, se laissent si sottement « recapturer », le moment venu ? 

Oui, vous avez raison : cela tient à la nature même des « promeneurs », qui loin d’être de la valetaille à pied, sont en réalité d’excellents professionnels.

Ils gagnent ainsi un argent qu’ils méritent, tout en pesant assez peu sur le budget de chaque propriétaire.

Une formidable et merveilleuse expérience pour les chiens! 

En revanche, pour chaque chien, quelle merveilleuse expérience ! C’est qu’il ne s’agit pas seulement d’exercice ou de détente. 

Mais tout autant, et sans doute bien plus, d’un vrai moment de vie sociale : avoir revu ses amis, échangé avec eux tous les derniers potins de famille, avoir pris date pour un prochain rendez-vous. 

Les promeneurs de chiens, maintenant aussi en France

Ce genre de professionnalisme a désormais traversé l’Océan ! 

A Paris, par exemple, que ce soit à Vincennes ou à Boulogne, on trouve d’excellents spécialistes, qui font au moins aussi bien que leurs collègues américains, et peut-être en réalité beaucoup mieux !

Les promeneurs de chiens : encore plus fort ! 

C’est qu’en grande majorité les chiens américains (au moins dans les grandes villes) sont castrés, ce qui pour le moment en tout cas est encore épargné à la plupart de nos chiennes et de nos chiens. 

Or, s’il est certain qu’un promeneur averti en vaut deux, je suis de ceux qui soutiennent, malgré ce que l’on peut en dire, qu’un animal castré n’est plus que la moitié de lui-même.

(Ce qui n’est pas le cas de la stérilisation, qui elle, tout en interdisant la reproduction, n’a pas du tout les effets négatifs de la castration.)

Le chien est un animal social

Car, comme nous ne cessons de le dire ici, le chien, comme son père le loup, est un animal social ( Les premiers chiens ont-ils été des bébés-loup adoptés ?, Récit : l’homme et le chien ont commencé par chasser de compagnie !, Le loup, le chien et l’homme ) !

Formidable utilité des promenades en groupe pour les chiens

Réellement, je pense que les promenades en groupe sont aussi utiles et nécessaires pour les chiens que les écoles de chiots pour ces derniers. 

Je le répète, il ne s’agit pas seulement de donner de l’exercice à des chiens dont les maîtres sont trop occupés, mais d’offrir à ces mêmes chiens de formidables occasions de bains sociaux, tellement favorables aux équilibres psychiques.

Votre avis sur les promeneurs de chiens ?

Et vous, quel est votre avis sur ce sujet ? Avez-vous des expériences à partager ? Des conseils à donner ? N’hésitez pas, dites-nous tout ! 

D’après « Education Réciproque » de Michel Georgel, ouvrage disponible dans notre librairie, les Ateliers d’Audreco, 16 rue du château des rentiers, 75013 Paris, ou accessible depuis notre bibliothèque en ligne : ICI !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils