Ce que nous dit la biologie

Différent du cheveu, le poil animal ne se présente jamais seul, mais toujours en touffes : par chaque orifice de la peau, un poil primaire (poil de couverture), et un bouquet de poils secondaires (sous-poil).

Ceci est vrai pour tous les chiens : les poils secondaires sont parfois très discrets et difficiles à voir (cas des robes longues et des poils ras), mais ils n’en sont pas moins bien réels.

.

Chacune de ces deux catégories de poil a un rôle différent à jouer ! Voyons cela !

Les poils secondaires

Plus petits, denses, ils sont gorgés de sébum,

  • ce qui rend leur ensemble quasi-imperméable (l’eau de pluie n’atteint jamais la peau d’un poil en bonne santé),
  • ce qui assure une excellente protection thermique contre les écarts de température (protègent autant du froid que de la chaleur),
  • mais souples et fins, ils sont très fragiles, et sans protection, l’indispensable sébum qu’ils contiennent se dessèche, ce qui ne leur permet plus d’assurer leur rôle.

Les poils primaires

Plus longs, plus durs, plus épais, pauvres en sébum, ils sont mauvais protecteurs contre l’eau comme contre les écarts de température. Alors à quoi peuvent-ils servir : un rôle fondamental ! Ils sont la protection des poils secondaires.

Ajoutons que riches en mélanine, c’est eux principalement les responsables des coloris (et donc de l’esthétique) du pelage.

Conclusion

Le poil du chien : un magnifique équilibre ! Au service du confort et de la santé de l’animal.

Que se passe-t-il si on coupe ? Catastrophe immédiate et souvent plus ou moins irréversible !

Le « cycle pilaire » est rompu, son programme est brouillé.

  • Le poil de couverture repousse très fin, il a perdu force et couleur (en vert sur le schéma). Il est souvent alors plus fin que le poil secondaire. (En fait, l’endroit blessé au moment de la coupe ne cicatrise pas, et l’eau contenue dans le poil est rapidement perdue par évaporation, d’où cet aspect desséché.)
  • De son côté, le sous-poil subit un allongement significatif, ce qui a pour conséquence immédiate la diminution de la densité de sébum : les qualités résistance à l’eau et au chaud ou froid sont définitivement perdues.

En réalité, très rapidement, on ne distingue plus poil de couverture et sous-poil, mais un ensemble malsain, terne, et dont les coloris disparaissent. Emmêlement possible (ou même probable) au niveau d’un seul follicule.

 D’un follicule à l’autre, en l’absence du pivot central d’un poil primaire vigoureux, la tendance à l’emmêlement est plus nette encore, avec des difficultés toujours plus grandes d’entretien. À chaque coupe, la situation s’aggrave.

 

 Un tel pelage présente en permanence un risque important de « feutrage », comme le suggère (et le démontre) le schéma d’un groupe de 25 follicules ayant subi une agression par sectionnement (coupe ou tonte).

Comparer : poil sain à gauche, poil coupé à droite (perte des couleurs, des qualités physiologiques, difficultés d’entretien)

Les avantages du poil « naturel »

Le meilleur confort pour les chiens, mais aussi, toujours, et dans tous les cas, la solution qui demande le moins d’effort d’entretien ! Paradoxalement, même, ou plutôt surtout, pour les poils longs :

  • le sous-poil, court et fin, ne s’emmêle jamais,
  • le poil de couverture, épais et raide, s’emmêle difficilement.
Catégories : SantéToilettage

4 commentaires

Elisabeth Rosa · 10 septembre 2018 à 10 h 10 min

Notre société centrée sur l’image a dégradé la perfection de la création et ça se reflète sur ses animaux domestiques.
Pourtant c’est souvent par ignorance.
Il faut nous éduquer, merci pour votre contribution à ma propre rééducation.

    mgeorgel · 29 septembre 2018 à 12 h 34 min

    Merci ! J’ai souvent besoins d’encouragements…

Entreprendre dans les services aux animaux de compagnie | · 16 octobre 2018 à 13 h 58 min

[…] un billet précédent, nous avons montré comment on pouvait expliquer les effets incontournables d’une coupe sur une […]

Épilation du chien : les bonnes pratiques. Stripping ou trimming ? · 21 juin 2019 à 10 h 18 min

[…] Pourquoi il ne faudrait jamais couper le poil des chiens (ni celui des chats…) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils